• FICHES DE JOUEURS : MICHAEL CIANI.


    Le mercato touche à sa fin et comme chaque année, Bordeaux n’aura pas déchaîné la presse de par une activité débordante sur le front des transferts, à l’inverse de ses deux principaux concurrents dans la course au Titre de Champion de France, l’OL et l’OM. Trois recrues seulement auront posé leur sac dans le vestiaire Girondin. Tâchons donc de faire un bilan sur ces trois arrivées, en tentant de faire un point le plus complet possible sur les hommes et le pourquoi de leur venue.

    Michaël CIANI





    Fiche d’identité :

    Date de naissance : 06/04/1984.
    Poste : Défenseur central.
    Taille : 1m89.
    Poids : 89 kg.
    Nationalité : Française (Equipe de France Espoirs).
    Pied : Droit.
    Numéro de maillot : 2.
    Contrat : Juin 2013.
    Clubs précédents : Racing Club de France 92, Sporting de Charleroi, AJ Auxerre, CS Sedan Ardennes, FC Lorient.



    Carrière :


    Né le 6 Avril 1984 à Colombes, Michaël Ciani n’a pas la trajectoire fulgurante que certains jeunes de sa génération ont pu avoir. Formé dans un club de la Région Parisienne qui évolue en CFA, le Racing Club de France 92, le jeune Michaël Ciani possède des qualités déjà exceptionnelles. Sa grande maturité, son calme et des qualités athlétiques extraordinaires font déjà de lui un joueur au potentiel certain. Mais notre rugueux défenseur central croit en son potentiel et décide de prouver son talent à l’étranger puisqu’il éprouve des difficultés à percer en France. Il s’exile donc en Belgique à l’âge de seulement 19 ans. Il y jouera une saison (2003-2004) au Sporting de Charleroi où il lui sera donné l’occasion de faire plus d’apparitions qu’en France. En effet, il disputera en une saison pas moins de dix-huit rencontres de Championnat de Jupiler League pour un but.

    « En région parisienne, il y a plein de jeunes qui n’arrivent pas à percer. Moi, j’ai eu l’opportunité de signer un contrat pro en Belgique en sortant des 18 ans nationaux. Ce n’était pas courant. J’ai saisi ma chance à Charleroi. Avoir des matchs dans le Championnat belge, c’est quand même être pro dans l’élite » Michaël Ciani.

    Ce qu’il ne pouvait pas imaginer, c’est qu’en s’exilant du côté du championnat Belge, il allait tout bonnement préparer au mieux son retour sur le sol Français. Il tape en effet à l’œil d’un entraineur Français lors d’une rencontre amicale, et pas n’importe lequel puisque Guy Roux le repère lors d’une rencontre amicale entre Charleroi et Auxerre. Le célèbre coach au bonnet ne s’y trompe pas et recrute immédiatement le jeune défenseur, qui possèdera son premier contrat professionnel français, d’une durée de cinq ans.

    Alors que l’on pouvait penser le chemin de croix vers le haut niveau du jeune défenseur terminé, un nouvel événement vient troubler l’ascension logique du joueur. Après avoir signé à l’AJA, ce dernier se blesse aux adducteurs et ne disputera aucune rencontre de Ligue sous les couleurs bleues et blanches de l’AJA. Même remis, Michaël Ciani verra ses concurrents au poste de l’époque le devancer beaucoup trop dans l’esprit de Guy Roux pour pouvoir prétendre gagner sa place. Le coach Bourguignon consentira d’ailleurs à répondre favorablement à la demande du joueur quant à évoluer dans une autre écurie pour se relancer la saison suivante. Ciani sera donc prêté à Sedan lors de l’exercice 2005 2006.

    A Sedan, c’est la révélation. Ciani participe d’ailleurs grandement à la remontée du club parmi l’élite. Il disputera dans les Ardennes 37 matchs de Championnat pour 3 buts. Puissant, performant sur l’homme, doué dans tous les secteurs les Sangliers tenteront bien de l’arracher définitivement à Auxerre mais leur budget réduit ne leur permettra pas de se mettre d’accord avec Auxerre. Direction Lorient pour Michaël qui s’apprête à enfin lancer sa carrière en Ligue 1. Prêté là aussi pour un an, l’homme a convaincu Christian Gourcuff déjà en place dans le Morbihan.

    Pour sa première saison, Ciani réalise une performance remarquable. Titulaire en puissance dans la charnière Lorientaise aux côtés de Sylvain Marchal, personne ne pourra plus le déloger de son poste. 35 matchs et un but au compteur plus tard, il s’engage définitivement au FC Lorient pour quatre saisons. Il n’en disputera que deux de plus pour un bilan de 71 matchs dans l’élite (4 buts).

    Il sera chaque année l’un des principaux artisans des maintiens lorientais saisons après saisons. Ciani a su en fin imposer son style et confirmer son potentiel reconnu en Bretagne. Durant l’intersaison 2009, Laurent Blanc et les Girondins jettent leur dévolu sur ce joueur afin de remplacer Souleymane Diawara. Ciani arrive donc dans le club Champion de France pour franchir un nouveau palier, avec un contrat de 4 années à la clé !

    Côté sélection, Ciani fait partie de l’equipe de France Espoirs après…avoir envoyé son CV à Raymond Domenech !




    Pourquoi Bordeaux a t-il choisi Ciani ?


    Après le départ de Souleymane Diawara vers l’Olympique de Marseille, les dirigeants Bordelais doivent trouver un remplaçant à celui qui fut élu meilleur défenseur du Championnat la saison d’avant et placé dans tous les onze types grâce à son physique impressionnant notamment. Très vite, la presse fait preuve de l’intérêt des Girondins pour le joueur de Lorient qui semble être son successeur tout désigné.

    Le style des deux joueurs est en effet assez proche. Un jeu basé sur des interventions parfois rugueuses sur l’homme et mis en valeur par des capacités athlétiques hors du commun. De plus, on sait que Laurent Blanc aime les grands gabarits en défense centrale, et avec Ciani (1m89, 89 kg), on peut dire que le voila servi. Ciani possède en outre toutes les qualités et les caractéristiques pour devenir le complément idéal de Marc Planus en défense. Egalement doté d’une grande marche de progression, il est évident que Ciani risque de gagner beaucoup en signant à Bordeaux, où il disputera des rencontres de Ligue des Champions par exemple, ce qu’il n’a jamais connu à Lorient.

    Calme au quotidien et sur le terrain, mûr et réfléchi dans son jeu malgré son jeune âge, Ciani avait tout pour plaire aux Girondins…et tout pour y réussir !



    <script type="text/javascript" defer="0"></script>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique